balbutier


balbutier

balbutier [ balbysje ] v. <conjug. : 7>
• 1390; lat. balbutire, de balbus « bègue »
1 V. intr. Articuler d'une manière hésitante et imparfaite les mots que l'on veut prononcer. « J'hésite à chaque mot, je me trouble, je balbutie, ma tête se perd » (Rousseau). bafouiller, bégayer, bredouiller.
Fig. S'exprimer confusément ou maladroitement. « Ces sciences commençantes, ces sciences où l'hypothèse balbutie » (Zola).
2 V. tr. Dire en balbutiant. Balbutier des excuses. bégayer, bredouiller. Balbutier une prière. marmotter.

balbutier verbe intransitif (latin balbutire, de balbus, bègue) Parler avec hésitation, difficulté : L'émotion le fait balbutier. En parlant de quelque chose, n'en être qu'à ses débuts : Science qui balbutie.balbutier (synonymes) verbe intransitif (latin balbutire, de balbus, bègue) Parler avec hésitation, difficulté
Synonymes :
balbutier verbe transitif Dire, prononcer quelque chose avec hésitation et confusément : Il balbutia qu'il s'était trompé.balbutier (synonymes) verbe transitif Dire, prononcer quelque chose avec hésitation et confusément
Synonymes :
- bafouiller (familier)

balbutier
v.
d1./d v. intr. Articuler des mots avec difficulté, bredouiller.
d2./d v. tr. Dire en bredouillant. Balbutier des excuses.

⇒BALBUTIER, verbe.
A.— Emploi intrans.
1. [En parlant d'une pers., en partic. d'un enfant envisagé du point de vue de son aptitude physiol. à s'exprimer] Articuler d'une manière confuse et hésitante :
1. Rougon, étourdi, suffoqué, ne pouvant croire à ce triomphe brusque, balbutiait comme un enfant.
ZOLA, La Fortune des Rougon, 1871, p. 291.
2. Le reniement de Pierre, le reniement de Pierre. Vous n'avez que ça à dire, le reniement de Pierre. Balbutiant, bafouillant presque. De colère. On allègue ça, ce reniement, on dit ça pour masquer, pour cacher, pour excuser nos propres reniements.
PÉGUY, Le Mystère de la charité de Jeanne d'Arc, 1910, p. 136.
P. compar. :
3. Comme l'enfance, elles [les nations] vagissent, balbutient, grossissent, grandissent.
BAUDELAIRE, Curiosités esthétiques, 1867, p. 150.
P. méton. [En parlant d'un organe intervenant dans l'articulation (langue, lèvres, bouche) ou de son produit (son, voix)] :
4. Si je chante les Dieux, ou les héros, soudain
Ma langue balbutie et se travaille en vain;
Si je chante l'amour, ma chanson d'elle-même
S'écoule de ma bouche et vole à ce que j'aime.
CHÉNIER, Bucoliques, L'Amour, 1794, p. 28.
5. Il [Walter] était devenu, en quelques jours, un des maîtres du monde, un de ces financiers omnipotents, plus forts que des rois, qui font courber les têtes, balbutier les bouches et sortir tout ce qu'il y a de bassesse (...) au fond du cœur humain.
MAUPASSANT, Bel-Ami, 1885, p. 327.
P. anal. [En parlant de choses concr. ou abstr. émettant certains sons ou bruits] :
6. Les appels du timbre se précipitaient. Il y en avait de modestes, qui balbutiaient avec le tremblement d'un premier aveu...
ZOLA, Nana, 1880, p. 1142.
7. ... une sorte de mélodie cacochyme cracha, toussa, balbutia, ne réussit pas à prendre son vol, à décoller de la ferraille, culbuta, râla, se tut.
A. ARNOUX, Suite variée, 1925, p. 84.
2. P. métaph. ou au fig. [En parlant d'une pers. envisagée du point de vue de son activité intellectuelle, de la création littér. ou artistique] S'exprimer confusément, avec peine; commencer à s'exprimer, être novice (en quelque chose), n'en être qu'à ses débuts :
8. Pour le génie et l'âme, Giotto ressemblait à Raphaël; (...) mais la langue n'était pas faite, et il a balbutié, tandis que l'autre a parlé.
TAINE, Philos. de l'art, t. 2, 1865, p. 337.
9. Jamais je ne me suis senti plus jeune et plus heureux que le mois dernier — au point que même je ne savais rien en écrire. Je n'eusse pu que balbutier...
GIDE, Journal, 1917, p. 632.
P. ext. :
10. Un homme doit pratiquer cette science [l'élégance] avec l'aisance qu'il met à parler sa langue maternelle. Il est dangereux de balbutier dans le monde élégant.
BALZAC, Œuvres diverses, t. 2, 1850, p. 177.
P. méton. [En parlant de la lang., de l'âme, de l'esprit...] :
11. ... D'où venait donc cette langue [grecque] qui semble naître comme Minerve, et dont la première production [l'Iliade] est un chef-d'œuvre désespérant, sans qu'il ait jamais été possible de prouver qu'elle ait balbutié?
J. DE MAISTRE, Les Soirées de Saint-Pétersbourg, t. 1, 1821, p. 131.
12. Je ne sais si vous pourrez lire et comprendre tout ce barbouillage. Les phrases courent à la débandade sur mon papier, et, quand on est en souci, la main tremble pour écrire et l'âme balbutie pour parler. Je veux écrire pourtant, d'une façon bien nette et bien appuyée, que je vous aime et vous embrasse...
M. DE GUÉRIN, Correspondance, 1833, p. 109.
13. ... à la première aube du moyen âge, l'esprit naïf et qui balbutiait à peine a dû s'encombrer des restes de l'antiquité classique (...) de l'épineuse théologie byzantine...
TAINE, Philos. de l'art, t. 2, 1865, p. 154.
B.— Emploi trans.
1. [L'obj. désigne des sons à articuler, des mots ou tout énoncé formé de mots; le suj. désigne une pers. ou un subst. collectif assimilé à une pers.] Prononcer, dire d'une manière peu distincte, confuse et hésitante, dire tout bas :
14. Elle vouloit articuler quelques paroles, mais elle balbutioit à peine des sons confus, et Lothario ne s'informoit point de ce qu'elle avoit voulu dire.
NODIER, Jean Sbogar, 1818, p. 172.
15. Le père Goriot se retira en balbutiant quelques paroles dont Eugène ne saisit pas le sens.
BALZAC, Le Père Goriot, 1835, p. 100.
P. métaph. :
16. Le moment est venu d'élever la voix (...) Les gouvernements balbutient une réponse. Ils ont déjà essayé ce bégaiement. Ils disent : on exagère.
HUGO, Actes et paroles 4, 1885, p. 5.
2. P. métaph. ou au fig. [L'obj. désigne une réflexion, un sentiment, un produit de l'intelligence hum.] Exprimer d'une manière confuse ou maladroite; commencer à exprimer maladroitement :
17. C'est toujours le sentiment de cette glorieuse sympathie entre le créateur et la créature, entre le ciel et la terre, qui se fait jour à travers les siècles; mais tandis que l'antiquité païenne l'avait balbutié, en donnant à ses dieux tous les vices de l'humanité, les âges chrétiens l'ont proclamé en élevant l'humanité et le monde régénérés par la foi à la hauteur du ciel.
MONTALEMBERT, Hist. de ste Élisabeth de Hongrie, 1836, p. XCIX.
18. Hugo, encore enfant, balbutiait déjà des strophes qui faisaient faire silence aux vieilles cordes de la poésie de tradition.
LAMARTINE, Nouvelles Confidences, 1851, p. 300.
♦ [En parlant des yeux, du regard] :
19. Le jour où leurs yeux se rencontrèrent et se dirent enfin brusquement ces premières choses obscures et ineffables que le regard balbutie, Cosette ne comprit pas d'abord.
HUGO, Les Misérables, t. 2, 1862, p. 93.
Emploi pronom. passif. [Le suj. désigne un produit de l'intelligence hum.] Être exprimé, formulé, d'une manière confuse ou maladroite :
20. Toute la pose de l'outrecuidant pontife qu'était Hello, avait jailli d'une abracadabrante préface écrite à propos de ce livre. Ainsi qu'il le faisait remarquer, « les choses extraordinaires ne peuvent que se balbutier, » et il balbutiait en effet, déclarant que « la ténèbre sacrée où Rusbrock étend ses ailes d'aigle, est son océan, sa proie, sa gloire, et que les quatre horizons seraient pour lui un vêtement trop étroit ».
HUYSMANS, À rebours, 1884, p. 208.
21. D'où nous vient-il pourtant ce fonds commun de contes merveilleux, d'ogres, de géants (...) qui se répètent et se balbutient avec tant de variantes, des confins de l'Asie aux extrémités du Nord et du Midi de l'Europe?
SAINTE-BEUVE, Nouveaux lundis, t. 1, 1863-69, p. 311.
Rem. En tant qu'il désigne une manière d'articuler des sons, balbutier est le plus souvent en relation avec des situations d'âge (enfance, vieillesse) ou de trouble causé par la douleur, la fureur, la crainte, la surprise, l'ivresse, etc.
PRONONC. :[balbysje], (je) balbutie [balbysi].
ÉTYMOL. ET HIST. — Ca 1389 balbucier « parler en articulant de manière peu distincte » (MAIZIÈRES, Songe du vieil pel., I, 63 dans GDF. Compl. : La querele de laquelle je doy balbucier fust anullee); fin XIVe s. balbutier (FROISSART, III, IV, 20 dans LITTRÉ) très rare av. le XVIIe s.; av. 1794 fig. « exprimer confusément qqc. » (CHÉNIER, Œuvres, Élégies, p. 176, Paris, Garnier, 1924 : A peine avais-je vu luire seize printemps, Aimant déjà la paix d'un studieux asile, Ne connaissant personne, inconnu, seul, tranquille, Ma voix humble à l'écart essayait des concerts; Ma jeune lyre osait balbutier des vers).
Empr. au lat. balbutire « bégayer, parler d'une manière obscure » (CICÉRON, Tusc., 5, 75 dans TLL s.v., 1696, 2) après une réfection balbutiare d'apr. la 1re pers. du sing. de l'indicatif présent balbutio.
STAT. — Fréq. abs. littér. :1 569. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 841, b) 3 540; XXe s. : a) 4 035, b) 1 628.

balbutier [balbysje] v. intr. et tr.
ÉTYM. 1390; lat. balbutire, de balbus « bègue ».
1 V. intr. Articuler d'une manière hésitante et imparfaite les mots que l'on veut prononcer. Parler, prononcer; balbutiement (cit. 1). || Cet enfant commence à balbutier. Babiller. || La timidité, l'émotion, l'ivresse le fait balbutier. || L'écolier se trouble et balbutie. Bafouiller, bégayer, bredouiller, troubler (se).
1 J'hésite à chaque mot, je me crois déjà dans l'illustre assemblée, je me trouble, je balbutie, ma tête se perd (…)
Rousseau, les Confessions, XI.
2 Quand il commence à balbutier (l'enfant), ne vous tourmentez pas si fort à deviner ce qu'il dit.
Rousseau, Émile, II.
3 Quand la mémoire vacille, la langue balbutie.
Rousseau, Émile, I.
4 (…) il s'empêtrait en ses compliments et ne faisait que balbutier.
Th. Gautier, le Capitaine Fracasse, XVIII.
5 (…) je le vis tout-à-coup pâlir, balbutier, perdre contenance (…)
Alphonse Daudet, le Petit Chose, I, 13.
6 Il se trouble. Il balbutie.
Cocteau, le Grand Écart, I.
7 Il balbutia, sans presque mouvoir les lèvres (…)
Martin du Gard, les Thibault, t. VIII, p. 73.
8 Il fit un effort, et, d'une voix entrecoupée, déchirante, il balbutia (…)
Martin du Gard, les Thibault, t. III, p. 187.
8.1 — Je crois comprendre, enfin, — balbutia-t-il après un silence, — que vous me proposez quelque chose comme…
Il s'arrêta par une pudeur dont je lui sus gré.
— Une femme légitime, lieutenant.
Villiers de l'Isle-Adam, Tribulat Bonhomet, p. 55.
Fig. S'exprimer confusément ou maladroitement. || On balbutie, parce qu'on commence, par ce qu'on n'est pas encore suffisamment instruit ou exercé (Lafaye).
9 Cette voix que je cherchais et qui balbutiait sur mes lèvres d'enfant, c'était la poésie.
Lamartine, Premières méditations, Préface, II.
10 (…) ces sciences commençantes, ces sciences où l'hypothèse balbutie et où l'imagination reste maîtresse, elles sont le domaine des poètes autant que des savants.
Zola, le Dr Pascal, t. I, p. 45.
2 V. tr. Dire, exprimer, en balbutiant. || Balbutier une réponse, des excuses. Bégayer, bredouiller. || Balbutier une prière. Marmotter.
11 Je leur avais balbutié la veille un discours.
La Bruyère, Disc. à l'Académie, Préface.
12 (…) je balbutiai je ne sais quoi de déraisonnable, et, perdant tout-à-fait la tête, étourdiment, sottement je pris la fuite (…)
E. Fromentin, Dominique, V.
13 Il balbutiait des mots d'enfant, des mots incohérents et tendres pour étancher cette douleur qu'il ne pouvait pas comprendre.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, IX, 22.
(En incise). || Je ne pourrai pas, balbutia-t-elle.
Fig. ou par métaphore. Exprimer confusément ou commencer maladroitement à exprimer (quelque chose).
14 (…) le poète et le musicien savent tout (…) ils expriment dans leur rythme ce que la pensée conçoit à peine et ce que la langue balbutie confusément.
Th. Gautier, le Roman de la momie, I.
15 Il y a un moment où la lumière commence à s'en prendre aux choses, à leur faire balbutier leurs formes, et puis leurs noms successifs, à partir de celui-ci même de « choses » qui est le commencement.
Valéry, Cahiers, t. II, Pl., p. 1035-1306.
CONTR. Articuler, prononcer (distinctement).
DÉR. Balbutiant, balbutie, balbutiement, balbutieur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • balbutier — BALBUTIER. v. n. (Le T se pron. comme un C.) Prononcer imparfaitement, en hésitant et en articulant avec peine. Un enfant qui commence à balbutier. Cet homme ne fait que balbutier.Balbutier, se dit aussi figurém. pour dire, Parler sur quelque… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • balbutier — BALBUTIER. v. n. Prononcer imparfaitement. Cet homme ne fait que balbutier …   Dictionnaire de l'Académie française

  • BALBUTIER — v. n. (Le T se prononce comme un C.) Prononcer avec peine les lettres B et L ; et, dans une acception plus étendue, Articuler imparfaitement les mots qu on veut prononcer, hésiter en parlant. On a de la peine à comprendre ce qu il dit, il ne fait …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • balbutier — (bal bu si é) 1°   V. n. Articuler les mots d une manière hésitante et imparfaite. Cet enfant balbutie. •   Quand la mémoire vacille, la langue balbutie, J. J. ROUSS. Ém. I. •   Si on le voit balbutiant dans l enfance, raisonnant dans l âge mûr… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • balbutier — vi. , bégayer ; dire des sottises, des choses qui n ont pas de sens ; radoter ; parler sans se rendre compte des bêtises que l on dit : BAZOTÂ (Albanais.001, Genève, Thônes.004), C. é bazôte <il radote> (001) ; bélotâ (Thorens Gl.051), R.2 …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • balbutiement — [ balbysimɑ̃ ] n. m. • 1750; de balbutier 1 ♦ Action de balbutier, manière de parler d une personne qui balbutie. Le balbutiement d un enfant. ⇒ ânonnement, babil. Le balbutiement du bègue. ⇒ bégaiement. Le balbutiement d un ivrogne, d une… …   Encyclopédie Universelle

  • BALBUTEUR — v. intr. Articuler imparfaitement les mots qu’on veut prononcer, hésiter en parlant. On a de la peine à comprendre ce qu’il dit, il ne fait que balbutier. Un enfant qui commence à balbutier. La confusion, la honte le fit rougir et balbutier. Il… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • bégayer — [ begeje ] v. intr. <conjug. : 8> • besgoyer 1416; de bègue 1 ♦ Souffrir de bégaiement (⇒ bègue). Il bégayait sous le coup de l émotion. 2 ♦ Fig. S exprimer d une manière maladroite, hésitante, confuse. ⇒ bafouiller, balbutier, bredouiller …   Encyclopédie Universelle

  • bredouiller — [ brəduje ] v. <conjug. : 1> • 1564; altér. de l a. fr. bredeler, var. prob. de bretter, bretonner « parler comme un Breton », lat. brit(t)o 1 ♦ V. intr. Parler d une manière précipitée et peu distincte. ⇒ bafouiller, balbutier, marmonner.… …   Encyclopédie Universelle

  • balbutiant — balbutiant, iante [ balbysjɑ̃, jɑ̃t ] adj. • 1846; de balbutier 1 ♦ Qui balbutie. Elle répondit, toute balbutiante. 2 ♦ Fig. Qui en est encore à ses débuts (recherche). Une science encore balbutiante. ● balbutiant, balbutiante adjectif Qui… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.